Marketing, Technologie

Comment gérer une entreprise à l’époque de l’intelligence artificielle ?

Vous avez peut-être entendu parler de l’écrivain philosophe, Yuval Noah Harari ? Monsieur Harari est principalement connu pour avoir...

Vous avez peut-être entendu parler de l’écrivain philosophe, Yuval Noah Harari ? Monsieur Harari est principalement connu pour avoir écrit deux grands livres de référence de notre époque :

  • Sapiens : une briève histoire de l’humanité
  • Homo Deus : une briève histoire de l’avenir

En 2018, il a publié un nouveau livre : 21 leçons pour le XXIe siècle. C’est un ouvrage qui offre une lecture des différents défis et enjeux technologiques, politiques, idéologiques et sociétaux majeurs de notre siècle.

Parmi les grands sujets abordés, nous trouvons :

  • L’influence de l’intelligence artificielle sur l’économie et le marché du travail
  • Les limites de la démocratie libérale
  • La future domination de l’IA sur les désirs et les émotions humaines

Qu’est-ce qu’une intelligence artificielle ?

Une intelligence artificielle selon le Larousse, c’est :

Un ensemble de théories et de techniques mises en oeuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence humaine.

L’un des exemples les plus effrayants du monde cinématographique est Skynet dans Terminator. Une IA qui prend le contrôle des machines pour tuer les humains sur terre.

Terminator – source : Ubergizmo

Dans la réalité, les intelligences artificielles du 21e siècle sont bien moins meurtrières mais leur pouvoir sur notre société devient de plus en plus marqué.

D’ailleurs, l’auteur met en avant que le risque des IA n’est pas tellement que les machines se rebellent contre les humains. C’est plutôt que les machines reproduisent les biais cognitifs humains des personnes qui les programment.

Les IA restent des machines programmées par l’homme. Elles peuvent sauver des vies en accélérant la recherche médicale mais aussi faciliter la création d’états totalitaires comme le décrivait George Orwell dans son roman “1984”.

Un exemple actuel d’IA utilisé par des millions de personnes dans le monde est WAZE, l’application GPS qui permet de prendre le chemin le plus rapide en s’adaptant à la circulation sur votre trajet.

Le système est basé sur toutes les informations que fournissent les automobilistes en utilisant leur app. Plus il y a de voitures connectées, plus le système est efficace.

De plus, il utilise le principe du machine learning. Si WAZE comprend que tous les jours, il y a des embouteillages sur la rocade de Bordeaux entre 16h et 19h, il va automatiquement proposé un trajet alternatif pendant ce créneau horaire.

L’autre grand exemple de notre quotidien est la publicité sur Internet. Que ce soit sur Facebook, Instagram, ou même dans vos boites emails Gmail, Yahoo ou Outlook. Vous recevez tous les jours des publicités dites “ciblées”.

Cela veut dire que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ) et autres grands acteurs du web analysent vos recherches, pages aimées, etc. pour vous proposer des contenus adaptés et ultra ciblés en fonction de vos centres d’intérêts du moment.

Il est aujourd’hui évident que vos données ont une valeur inestimable pour toutes ces sociétés. Elles leur permettent d’apprendre à vous connaître pour vous “guider” dans vos achats et décisions.

Les IA posent une question fondamentale de notre époque :

Comment faire si nous ne voulons pas que des algorithmes piratent nos vies et sociétés dans un avenir proche ?

L’une des solutions proposées par les gouvernements à l’échelle européenne est le RGPD (Réglement Général sur la Protection des Données). En tant qu’entrepreneur, c’est une contrainte mais cela permet aussi de rassurer vos clients sur l’utilisation que vous faites de leurs données. Et pour vous en tant que citoyen, c’est un premier pas pour protéger votre vie privée.

Mais les questions sur les IA ne s’arrête pas à notre vie privée ou à nos choix de consommation. Les IA vont nous pousser à repenser complètement la notion de travail dans la société.

Avant, les machines concurrençaient l’homme sur des compétences physiques. Exemple : Valider les tickets de métro à l’entrée des stations, faire payer les péages sur les autoroutes, assembler des voitures dans des usines, etc.

Aujourd’hui les IA vont concurrencer l’homme sur ses capacités cognitives. Cela veut dire que :

Des machines vont analyser votre comportement et vos émotions, qui ne sont en soi que des réactions biochimiques relevant moins du libre arbitre et de votre intuition que d’un calcul probabiliste”

Yuval Noah Harari

En plus les IA ont deux avantages par rapport à l’humain.

  1. Elles sont connectées et peuvent partager de façon automatique les apprentissages de chaque programme au sein d’un même réseau
  2. Elles se mettent à jour constamment par un système d’apprentissage appelé le “machine learning”

Cela peut paraître effrayant mais c’est pourtant une réalité avec laquelle nous devons apprendre à vivre.

Si nous arrivons à prendre du recul sur ces technologies, il y a du positif. Par exemple : en médecine, cela permettra de mutualiser des connaissances, des diagnostics, et des traitements à l’échelle mondiale. les IA vont permettre de guérir des maladies jusqu’ici incurables.

Dans le domaine des transports, les IA vont permettre de mieux réguler les embouteillages et de limiter les accidents de la route. Les essais sur les voitures sans conducteurs aux États-Unis annoncent des résultats très prometteurs.

Dans les domaines de l’art et de la culture, les algorithmes de YouTube, Netflix, Spotify, etc. apprennent à connaître vos goûts en matière de films, musiques et peintures afin de vous proposer des choix pertinents et adaptés à vos goûts et envies.

Le vaste champ d’application des IA inquiètent un grand nombre de personnes à juste titre. Beaucoup d’emplois vont être supprimés dans les prochaines années. Ces disparitions ne pourront pas être évitées. Au mieux, elles seront un peu ralenties. Il est préférable d’envisager les possibilités qu’offrent ce nouveau monde.

Comment s’adapter pour protéger les humains ?

Voici la partie la plus intéressante du livre de Yuval Harari. Comment garantir nos libertés et nos choix dans un domaine dominé par les IA ? Quelle place nous reste-t-il ?

Si nos émotions et nos désirs ne sont que des mécanismes biochimiques,

Si les machines peuvent les interpréter et agir en fonction,

Sommes-nous dans une dictature digitale ?

Comment être sûr que nos choix et nos opinions sont bien les nôtres ?

En effet, aujourd’hui, les géants de la Tech nous connaissent mieux que nos proches et peut-être mieux que nous-mêmes. Les suggestions de Netflix et Amazon sont les plus pertinentes du monde. Imaginez que demain, ils nous conseillent un candidat pour des élections politiques, ou un projet de loi qui nous correspond… Que ferons-nous ?

C’est en partant de ce constant que le philosophe propose deux alliés pour nous aider à survivre et à nous adapter à notre nouveau monde :

  • La philosophie
  • L’éthique

Si nous pensons le sens de nos actions et de nos choix, si nous pensons à la morale de nos actions, nous pouvons garder un contrôle sur les IA.

Ces solutions peuvent paraître un peu abstraites…

Il faut rappeler que Yuval Noah Harari est un historien, philosophe et écrivain. Et il a été présenté comme “Le penseur le plus important du monde” par Le Point.

Essayons d’adapter ses enseignements au monde de l’entreprise…

Qui est concerné par les IA ?

D’abord, tous les secteurs d’activité ne sont pas directement concernés par les IA. Les artisans du bâtiment, restaurateurs et autres métiers d’artisanat manuels sont peu concernés.

Nous avons encore un peu de temps avant que des robots cuisinent et servent des repas à la place des humains.

Ce sont plutôt les métiers administratifs, financiers et commerciaux qui sont les premiers concernés.

Pourquoi faire appel à des commerciaux quand vous pouvez touchez des millions de clients potentiels ciblés et qualifiés directement sur leur téléphone.

Et nous sommes tous à l’origine de cette évolution du monde du travail.

Photo de rawpixel.com sur Pexels

Voici un extrait d’un article du Sud-Ouest du 15/02/2018 :

“Selon l’étude Baromobile 2018, 9 Français sur 10 se connecteraient à un smartphone au moins une fois par mois,  et jusqu’à 98% des 15–34 ans !

Au quotidien, nous le consultons en moyenne 23 fois, pour une durée de 1h42. Chez les Millennials, c’est encore plus : 2h16 par jour et 33 connexions en moyenne.

Selon une récente étude menée par Deloitte, pour 60% d’entre nous, consulter son téléphone est même devenu un automatisme dans la première heure qui suit le réveil.”

https://www.sudouest.fr/2018/02/15/video-les-francais-accros-a-leur-smartphone-la-preuve-en-chiffres-4204231-5166.php

Comment appliquer ses enseignements dans votre entreprise ?

Nous ne pouvons pas ignorer ou rejeter les évolutions technologiques de notre société.

Il est important de le comprendre et d’accepter le monde dans lequel nous vivons sans tomber dans des pensées nostalgiques du type : “C’était mieux avant…”

Le monde évolue comme il l’a toujours fait et nous avons largement les moyens de nous adapter à ce nouveau monde.

Mettons les IA à notre service pour effectuer les tâches répétitives et peu qualifiées et concentrons nous sur les actions qui nécessitent l’intelligence et le bon sens humain.

Nous pouvons voir ces évolutions comme un appel à nous recentrer sur nos cœurs de métiers !

Si nous nous libérons des missions administratives, informatiques et chronophages, nous gagnons du temps pour ce qui compte vraiment !

Le monde de demain sera basé sur l’humain si nous le mettons au cœur de l’action.

Nous pouvons choisir de nous concentrer sur les qualités qui nous caractérisent le plus en tant qu’humain. Pour l’auteur, il s’agit des 4C :

  • La pensée critique
  • La communication
  • La collaboration
  • La créativité

Le monde d’aujourd’hui évolue trop vite pour garder les modèles de vie du passé basés sur une période d’apprentissage puis une vie de mise en pratique par le travail.

Les “millenials” apprendront toute leur vie et auront des dizaines de travail.

S’il faut retenir un enseignement de Yuval Noah Harari dans ce livre, c’est le doute :

“Douter de tout, de tous et surtout de soi-même”

Yuval Noah Harari

Il explique que le doute permet de donner une identité viable dans un monde en changement perpétuel pour deux raisons :

  1. Douter donne un sens à la vie et un rôle à jouer à l’homme. Il devient le héros de son propre récit. Prenez l’exemple de Candide de Voltaire.
  2. Douter et chercher un sens permet de dépasser le statut d’individu seul et nous inscrit dans un ensemble plus grand, un ensemble qui nous dépasse.

Il préconise cette prise de distance pour se décentrer de soi et changer notre perception du monde.

Quelques mots pour résumer les leçons du philosophe :

Les IA font partie de notre monde qu’on le veuille ou non.

La nature du travail va profondément changer. Il faut donc s’adapter et ne pas hésiter à se former si nous ne voulons pas nous sentir “inutile” face aux algorithmes.

Prenons le temps de nous interroger, de douter, de méditer et de nous décentrer pour nous ouvrir au monde et aux autres.

Apprenons à nos enfants à philosopher, s’interroger et à interroger la société. Leur capacité à appréhender les dilemmes moraux et leurs biais de perception feront d’eux les acteurs de demain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.